11 novembre 2015

Le 18 novembre à Québec et le 25 novembre à Montréal se tiendront deux conférences et tables rondes sur les différentes certifications du bâtiment durable. Elles présenteront trois certifications reconnues à l’international, à savoir BREEAM, LEED et HQE.

À ceux qui se demandent d’abord pourquoi faire certifier un bâtiment, je vous invite à lire mon billet, qui prenait LEED en exemple. Ensuite, au-delà des préférences des concepteurs et promoteurs, se pose tout de même la question suivante : pourquoi plusieurs certifications?

Je ne vais pas dévoiler le contenu des prochaines soirées à ce sujet, auxquelles je vous invite bien évidemment à participer, mais il me semble que l’on peut d’ores et déjà voir plusieurs avantages à l’existence de différentes certifications.

Les certifications sont des outils afin de reconnaitre le caractère durable d’un projet, en ce sens elles permettent d’éviter l’écoblanchiment(greenwashing). Avoir à disposition plusieurs certifications ne pourra que multiplier la capacité des villes à exiger la certification sur leur territoire. En effet, trop souvent les villes se refugient derrière le fait qu’il n’y ait qu’une certification sur le marché québécois et qu‘elles ne peuvent imposer une certification. Avec plusieurs certifications sous leurs yeux, elles pourront imposer leur usage en proposant plusieurs choix.

Pour les promoteurs qui visent le marché international, avoir plusieurs certifications permet à très court terme de toucher différents secteurs géographiques. Certes LEED est la première certification mondiale en termes de mcertifiés, mais HQE est juste derrière et BREEAM pas loin non plus. De plus, ces certifications sont beaucoup plus connues en Europe que LEED, ainsi selon les clients que le promoteur vise, il peut faire le choix entre plusieurs certifications.

Pour les concepteurs, c’est de démontrer la capacité de s’adapter à différentes cultures et différentes approches du bâtiment durable. En effet, il n’y a pas de solutions uniques dans le bâtiment, j’ai souvent d’ailleurs exprimé ce point de vue sur ce blogue. Enrichir vos connaissances et votre savoir-faire par l’adoption de plusieurs référentiels de certifications ne peut qu’améliorer votre pratique. De plus, il sera possible de proposer plusieurs choix à un promoteur selon les objectifs qu’il se fixe pour la réalisation de son projet.

Enfin, ces certifications peuvent tout à fait coexister sur un même bâtiment. Je trouve d’ailleurs ça formidable la multicertification et j’attends de découvrir avec impatience le premier bâtiment qui en fera l’usage.

Ainsi, pour les professionnels, avoir plusieurs cartes à son jeu ne peut-être qu’un avantage à mon sens. Serez-vous celui-là?

 

Plus d’infos :

http://batimentdurable.ca/activites-et-formations/conference-et-table-ronde-les-certifications 

http://batimentdurable.ca/activites-et-formations/20151125-conference-et-debats-4-certifications-membre

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA

Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.

Sur la vitrine Projets Verts

Commentaires les plus récents

Le réemploi des matériaux
Le réemploi des matériaux
Des panneaux de gypse qui...
Des panneaux de gypse qui...
Brille le soleil dans votre...
Mini téléréalité des eaux...
Les coûts réels des écoquartiers

Éco411

Le répertoire des professionnels de la construction verte au Québec

Espaces verts