1 décembre 2014
La MEC à Montréal et son plafond en fut de chêne récupéré

Nous en discutions encore en fin de semaine dernière avec mes collègues, la récupération ou le réemploi de matériaux de construction est encore trop rare dans les projets de construction. C’est bien dommage, car d’un point de vue écologique, le réemploi est indéniablement l’une des solutions les plus intéressantes à mettre en œuvre, tout en offrant de nombreux avantages sur le cycle de vie du matériau et du bâtiment.

Pour autant, il est souvent difficile d’intégrer des matériaux de récupération dans une construction neuve. Il faut arrimer ses besoins avec l’offre. Ainsi, trouver les matériaux dont on a besoin, à travers quelques réseaux.

J’en connais quelques-uns :

  • Le Carrefour 3RV de Voir vert
  • Les écocentres
  • Rénocyclage
  • Planet Reuse

Il y existe donc quelques sites et plateforme mais pour augmenter la quantité de matériaux récupérés utilisés, il faut jouer autant sur l’offre que sur la demande.

L’offre, c’est augmenter la quantité de matériaux disponible et pour cela, rien de tel que le tri à la source, sur le chantier. Mais nous voyons encore trop souvent sur un chantier une benne unique qui contient l’ensemble des matériaux du chantier. Le tri devra alors se faire en décharge, et à partir de là, il est difficile de détourner les produits des sites d’enfouissements, et de les réutiliser, à moins de les valoriser par une nouvelle transformation. Sans tri à la source, les matériaux sont alors souvent abimés ou en mauvais état.

La demande, c’est faciliter l’intégration de ce type de produit dans une construction. Que ce soit par une évolution de la règlementation, une formation spécifique des concepteurs, ou une latitude plus grande des entrepreneurs pour s’ajuster à ce type de produit sur chantier. À partir de là, le réemploi des matériaux deviendra plus aisé, et les sites (virtuels ou réels) ou trouver ce type de produit se multiplieront.

Et d’un point de vue économique, c’est tellement gagnant, car cela créera une économie locale et circulaire. Peu importe qui paie, des frais de traitement des matières résiduelles sont économisés, de même que des frais d’achat de produit. Bref, pour moi le réemploi de matériaux est une vraie opportunité d’affaires à venir! Et pour vous?

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA

Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.

Commentaires

Soumis par Nicolas de Montessus le 2015-05-05

Bonjour,
Content de voir que ce sujet commence à prendre. un des freins majeur du réemploi de matériaux est la certification des matériaux réemployés. Il faudrait que les bureaux de contrôle s'empreigne du sujet et délivrent des certifications sur des matériaux facilement réemployables afin de faciliter sa réutilisation. Des fiches techniques doivent être conçu.

Soumis par Visiteur le 2014-12-31

Bonjour.
Je pense que la sensibilisation est importante. Voyez vous, si dans un chantier, les employés pouvaient déjà avoir le réflexe de séparer au mieux de leurs possibilités, les matériaux utilisables de ceux complètement désuets, tout le monde gagnerait. Alors, sensibilisation +++ à mon humble avis.

Sur la vitrine Projets Verts

Commentaires les plus récents

Le réemploi des matériaux
Le réemploi des matériaux
Des panneaux de gypse qui...
Des panneaux de gypse qui...
Brille le soleil dans votre...
Mini téléréalité des eaux...
Les coûts réels des écoquartiers

Éco411

Le répertoire des professionnels de la construction verte au Québec

Espaces verts