19 novembre 2013

Depuis quelques années, je suis l’actualité sur les différents dossiers d’écoquartiers qui se construisent en province, d’autant plus que ça bouge dans ma région!

Il y a une question sur laquelle je trouve que les écrits vont particulièrement dans tous les sens : celle des coûts! Je remarque que les coûts du vert font souvent réagir et je m’interroge sur la critique, souvent réprobatrice, que nous faisons des nouvelles technologies et des nouvelles façons de faire. Il est vrai que la nouveauté est parfois risquée. Cela dit, à voir la situation financière des municipalités, de même que celle du gouvernement provincial, je me dis qu’il est grand temps de faire place à l’innovation si l’on veut maintenir un portefeuille collectif en santé, et une qualité de vie adéquate pour nos successeurs. Le statu quo n’est pas une option.

 Pour alimenter cette réflexion, j’ai le goût de vous amener des chiffres peu fréquentés, portant sur les coûts des infrastructures des écoquartiers et de leur pendant traditionnel. Ainsi, j’aurai l’impression que les mesures vertes ne sont pas les seules à être pointées du doigt!

Avons-nous déjà pris le temps de réfléchir sur les coûts que nous payons depuis belle lurette, ceux des quartiers traditionnels, non densifiés?  D’autant plus que si je me fie à l’effet de la densité, ils sont parfois partagés par un moindre nombre de citoyens.

Ainsi, selon des données fournies par le Conseil régional de l’environnement de la Capitale nationale, qui a comparé un écoquartier théorique de 2000 logements (53 logements par hectare) avec une banlieue théorique équivalente (9 logements par hectare), les chiffres sont frappants. Les coûts d’infrastructures d’un quartier traditionnel s’élèvent à 117 M$ alors que l’écoquartier théorique se chiffre à 13 M$. Avec de telles valeurs, il y a place à un budget d’innovations pour les écoquartiers!

Pourquoi? Parce que les superficies desservies sont beaucoup plus petites, donc moins de mètres linéaires de chaussée, d’aqueduc et d’égouts à construire, à entretenir. C’est maintenant bien connu, ces postes budgétaires sont très onéreux.

Dans un écoquartier, les trottoirs sont effectivement abondants, mais la superficie à couvrir est plus petite. Ainsi, dans l’étude en question, le budget des trottoirs de l’écoquartier est le double de celui du quartier traditionnel, mais les réelles économies sont dans les tuyaux et la chaussée!

Source : Conseil régional de l’environnement – Région de la Capitale nationale, Étude comparative sur la quantité d’infrastructures nécessaire aux nouveaux développements dans la ville de Québec et à Fribourg, en Allemagne.

(http://www.cre-capitale.org/documents/Rapport_final_infrastructures_001.pdf)

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA

Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.

Commentaires

Soumis par Eric Dion le 2013-11-20

Vous faites maintenant la preuve que la densification du développement urbain et le recours au pavage à l'aide de pavés de béton permeable non-poreux, sont extrêmement rentables. En permettant de diminuer les réseaux de drainage en les racourcissant et en profitant des structures des chaussées pour gérer le ruissellement urbain, pas besoin d'aller très loin dans la démonstration pour prouver l'extrême rentabilité de telles mesures. Malheureusement, le domaine du genie civil est très conservateur. Il favorise ainsi sans le vouloir, certains marchés qui ont intérêt à construire encore plus de surfaces pavées imperméables et favoriser l'étalement urbain au détriment de la santé de la population et des finances publiques. J'invite l'industrie à faire preuve de plus d'ouverture, car les solutions existent et fonctionnent à merveille sous notre climat !

Concours- Gagner une formation Contech

Sur la vitrine Projets Verts

Commentaires les plus récents

Le réemploi des matériaux
Le réemploi des matériaux
Des panneaux de gypse qui...
Des panneaux de gypse qui...
Brille le soleil dans votre...
Mini téléréalité des eaux...
Les coûts réels des écoquartiers

Éco411

Le répertoire des professionnels de la construction verte au Québec

Espaces verts