19 janvier 2017

Saviez-vous qu’un bâtiment typique est généralement rempli de retardateurs de flamme? Ces derniers sont couramment utilisés dans les meubles, les textiles, les appareils électriques et ménagers, mais aussi dans les matériaux de construction et d’isolation thermique des bâtiments. 

Utilisé comme matériau isolant dans les murs, sous les dalles ou sur les fondations, le polystyrène contient souvent la molécule hexabromocyclododécane (HBCD), un retardateur de flamme bromé. La décision de bannir cette dernière a été adoptée par la Convention de Stockholm, qui la considère comme l’un des pires polluants. Les pays signataires ne peuvent donc plus la commercialiser, mais on en retrouve encore dans plusieurs bâtiments existants. Le polybromodiphényléther (PBDE), un autre retardateur de flamme bromé, est interdit au Canada depuis 2008. Par contre, les produits qui en contiennent, comme les tapis, matelas ou rideaux, fabriqués ailleurs et importés, sont toujours permis.

Le problème avec ces retardateurs de flamme, c’est qu’avec le temps, ils s’échappent et forment des particules sous forme de poussières, qui contaminent l’air intérieur d’un bâtiment. Par inhalation ou lors de contact avec la peau, ils peuvent avoir plusieurs impacts sur la santé. Bioaccumulables et persistants, on les retrouve de plus en plus dans lait maternel et dans les tissus des espèces aquatiques du fleuve St-Laurent, puisque les substances générées se retrouvent éventuellement dans l’eau.

Pour le moment, au Canada, il n’existe aucune obligation d’indiquer la présence de retardateurs de flammes dans les matériaux qui en contiennent. Il existe toutefois des produits qui n’en ont pas et c’est possible de faire de meilleurs choix en effectuant un minimum de recherche avant d’acheter. De plus, les compagnies locales, qui ne peuvent plus utiliser le HBCD et le PBDE, n’auront pas le choix de se tourner vers d’autres options. Heureusement, certains chercheurs se penchent sur la question, afin de trouver des alternatives moins toxiques que le brome, comme les composés à base de bore, d’azote ou de phosphore. C’est toujours au stade expérimental, mais c’est un pas dans la bonne direction. À surveiller!

Pour en savoir plus

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA

Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
Concours- Gagner une formation Contech

Sur la vitrine Projets Verts

Commentaires les plus récents

Le réemploi des matériaux
Le réemploi des matériaux
Des panneaux de gypse qui...
Des panneaux de gypse qui...
Brille le soleil dans votre...
Mini téléréalité des eaux...
Les coûts réels des écoquartiers

Éco411

Le répertoire des professionnels de la construction verte au Québec

Espaces verts