9 novembre 2017

Dans le cadre de la série sur le climat et l’architecture vernaculaire amorcée lors du dernier billet, cette fois-ci on s’intéresse aux bâtiments situées sur les îles ou les côtes. Ces endroits font face à différentes menaces, souvent difficiles à contrôler. 

Les changements climatiques ne cessent de prendre de l’ampleur et c’est parfois en s’inspirant de principes simples déjà connus depuis longtemps qu’on y adapte les bâtiments.

Une ville comme Venise attire particulièrement l’attention parce qu’elle s’est construite sur des plateformes de bois, pour s’élever au-dessus de l’eau. Complètement submergé, le bois n’est pas en contact avec l’oxygène et ainsi se dégrade beaucoup moins vite ; il est alors très résistant.  La construction sur pilotis est d’ailleurs une bonne stratégie pour éviter les dommages de l’eau. Les bâtiments sont en pierres ou en briques, donc peu affectés par l’eau. Malgré de fréquentes inondations, la ville a toujours survécu. Surélever les bâtiments et utiliser des matériaux résistants sont donc des idées à retenir.

L’arrivée de catastrophes naturelles, comme les ouragans, a dernièrement touché plusieurs endroits, laissant d’importants dommages. Les inondations et les vents violents peuvent abîmer les constructions. Il existe en ce sens des normes de construction paracycloniques basées sur d’anciens principes, maintenant obligatoires pour les bâtiments publics de plusieurs îles, notamment dans les Caraïbes. Elles s’inspirent du roseau qui sous de forts vents plie mais ne se rompt pas et mettent de l’avant l’importance d’une ossature rigide. De manière générale, pour résister aux évènements extrêmes, la fondation est importante ; il faut un ancrage au sol très solide et limiter la prise au vent. Ainsi, la toiture doit être bien fixée et ne pas dépasser du bâtiment de plus de 30 cm. Les ouvertures, comme les portes et les fenêtres, doivent aussi être conçues pour résister au vent.

L’inondation n’est pas le seul impact de la proximité de l’eau avec les bâtiments. L’érosion des côtes est également une préoccupation pour les bâtiments situés à proximité des rives. C’est un phénomène naturel, mais certains facteurs, comme l’absence de couvert de glace et la hausse du niveau des mers, sont exacerbés par les changements climatiques et amplifient le phénomène. Les côtes des Îles-de-la-Madeleine, entre autres, perdent jusqu’à 1% de leur territoire habitable à chaque décennie. Depuis les années 60, le littoral a migré de 24 cm par année en moyenne, et à certains endroits, jusqu’à 2 mètres. La prévision pour 2060 est un recul moyen total de près de 40 mètres. 

En plus de coûter des millions, plusieurs secteurs ne seront plus accessibles d’ici quelques années si la tendance se maintient. Plusieurs bâtiments risquent d’être démolis, comme c’est le cas de la Saline, un bâtiment historique. L’une des adaptations fut d’interdire, depuis 2004, la construction de moins de 30 mètres de la rive. Ça pourra même aller jusqu’à 50 mètres et dans certains secteurs, ce sera complètement interdit. La meilleure solution reste de s’éloigner le plus possible de la côte, pour éviter d’éventuels problèmes.

Pour en savoir plus

Les Îles-de-la-Madeleine s’effritent peu à peu

Comment rendre les bâtiments résistants aux ouragans 

Nouveau règlement pour empêcher la construction en zone d’érosion 

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA

Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
Concours- Gagner une formation Contech

Sur la vitrine Projets Verts

Commentaires les plus récents

Le réemploi des matériaux
Le réemploi des matériaux
Des panneaux de gypse qui...
Des panneaux de gypse qui...
Brille le soleil dans votre...
Mini téléréalité des eaux...
Les coûts réels des écoquartiers

Éco411

Le répertoire des professionnels de la construction verte au Québec

Espaces verts