5 octobre 2017

Les bâtiments des pays nordiques qui ont un hiver long et rigoureux font face à plusieurs défis, comme se protéger du froid, du vent et de la neige. Nos ancêtres ont dû développer des stratégies pour construire des bâtiments capables de s’y adapter. 

Il est intéressant d’explorer ce qui a été fait anciennement, car malgré l’avancement des technologies, un bon nombre de principes simples mais intéressants ont aujourd’hui été délaissés.

Quand la Nouvelle-France a été colonisée, les premiers bâtiments étaient construits selon une tradition européenne, qui tenait compte d’un climat bien différent ; il a donc fallu que ce soit revu. C’est là que l’idée d’une charpente de bois est arrivée, ce qui permet une meilleure isolation grâce à sa résistance thermique, tout comme l’ajout d’isolants de fibres naturelles comme de la laine, des sciures de bois et même des poils d’animaux. La diminution des ouvertures, en taille et en nombre, était également une stratégie employée, afin d’empêcher au maximum une perte de chaleur. Il était courant de voir une façade un peu plus vitrée orientée vers le sud et de minimiser les fenêtres au nord, principe qui est recommandé aujourd’hui, mais pas toujours appliqué.

On retrouvait souvent des abris temporaires l’hiver pour créer une zone tampon devant les entrées, sous forme de vestibule, pour empêcher une perte de chaleur du bâtiment lors de l’ouverture de la porte d’entrée. C’est un principe qui est fréquemment vu dans les commerces et qui est très utile, puisque de nombreuses personnes y entrent et en sortent. En Norvège, dans des villes très venteuses, les habitations étaient orientées en fonction de la direction du vent, dans le but de s’en protéger. On ajoutait aux extrémités une pièce plus basse que le reste. La forme allongée du bâtiment, combinée à des extrémitées surbaissées, avait comme avantage de minimiser l’accumulation de neige près du bâtiment.

La leçon à tirer du passé, est que même si chauffer les bâtiments est plus facile et plus “propre” qu’à l’époque, certains principes anciens peuvent être repris car ils sont encore efficaces et trop souvent oubliés. Ils permettent d’économiser de l’énergie et d’avoir moins d’impact sur l’environnement. Tout d’abord, l’enveloppe d’un bâtiment est très importante ; il faut une bonne isolation pour limiter les déperditions thermiques. Il est aussi intéressant de privilégier les gains solaires par des stratégies passives. L’importance de la façade au sud a été rappelée. C’est l’idéal pour faire entrer la chaleur du soleil, mais trop de fenêtres peut aussi laisser sortir la chaleur ; une surface toute vitrée n’est donc pas nécessairement idéale. Dans les climats froids, les fenêtres doivent avoir une excellente performance énergétique, avec au minimum un vitrage double, et idéalement triple. On peut aussi privilégier des matériaux avec une inertie thermique intéressante, qui peuvent capter et conserver les apports en chaleur. La pierre, l’argile, le béton, le verre et les bois francs se comportent comme des masses thermiques, qui restituent l’énergie accumulée sous forme de chaleur. 

Pour en savoir plus

Entre la Norvège et le Québec : architecture nordique et adaptation à l’hiver 

Mon pays…c’est l’hiver  

 

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA

Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
Concours- Gagner une formation Contech

Sur la vitrine Projets Verts

Commentaires les plus récents

Le réemploi des matériaux
Le réemploi des matériaux
Des panneaux de gypse qui...
Des panneaux de gypse qui...
Brille le soleil dans votre...
Mini téléréalité des eaux...
Les coûts réels des écoquartiers

Éco411

Le répertoire des professionnels de la construction verte au Québec

Espaces verts

ÉcoFiches