14 mai 2012
Lancement de la certification "Rénovation Écohabitation"

Nous sommes heureux de vous annoncer la naissance de la certification « Rénovation Écohabitation », destinée à ceux qui souhaitent rénover écologiquement de manière rigoureuse et efficace. Deux des participants à la phase pilote vous racontent!

Écohabitation annoncera samedi 19 mai 2012, lors du Projet Écosphère (foire de l’environnement et de l’écohabitation), la naissance de sa certification destinée aux rénovateurs écologiques qui souhaitent suivre des conseils cohérents et précis pour leurs travaux.  Nous dévoilerons à cette occasion le lien Internet permettant d’en  connaître tous les détails.

Voici, en attendant, quelques explications.

La certification « Rénovation Écohabitation », c’est quoi?

- C’est un outil gratuit qui présente les bonnes pratiques écolos à adopter lors d’une rénovation, qui peut permettre une certification délivrée aux habitations rénovées selon des critères précis. Exemples : électroménagers Energy Star, caissons d’armoires sans formaldéhyde, chauffe-eau thermopompe ou solaire, dalle de fondation imperméable…

  • C’est nouveau ? Oui ! LEED© concerne les maisons neuves, Rénoclimat touche la rénovation énergétique, notre certification vise la rénovation en général : matériaux, santé, eau, énergie.
  • À quoi ça sert ? À rénover écologiquement de manière rigoureuse, à vivre agréablement dans un univers sain et respectueux de l’environnement et à bénéficier d’avantages financiers.
  • À qui ça s’adresse ? À tout rénovateur qui a un projet de rénovation résidentielle : propriétaire, entrepreneur général, promoteur immobilier, auto-rénovateur, artisan de la rénovation, etc.
  • Pourquoi faire certifier ? Pour l’environnement, la valeur de revente, la durabilité, les nombreuses subventions possibles, l’air intérieur plus sain et les assurances et hypothèques avantageuses.

Certification « Rénovation Écohabitation » : deux des participants de la phase pilote vous racontent.


- Marie-France et Jean-Lévy, 41 ans et 31 ans, Montréal : un sous-sol métamorphosé


Photo Mélodie Desmarais, Écohabitation

Le projet. « Notre famille est en train de s’agrandir et nous vivons au rez-de-chaussée de notre quadruplex dans Hochelaga-Maisonneuve. Plutôt  que d’utiliser un loyer rentable, nous avons décidé de grandir par le bas!  On a décidé de faire du sous-sol un niveau à part entière, et de creuser. Il était semi-fini, avec cinq petites fenêtres, mais il y avait des infiltrations d’eau, des entrées d’eau avec du plomb, des moisissures… Il fallait agir! On a cassé toute la fondation, creuser un drain français autour de la maison, installé un plancher radiant en béton… Le sous-sol comprendra une salle familiale, un bureau, une petite salle de sports, une salle de rangement, une salle mécanique. On va commencer à pouvoir l’occuper en décembre 2012. »

Pourquoi la certification d’Écohabitation? « Parce que nous sommes très sensibles à la question environnementale et que nous voulons faire notre part! Jean-Lévy dirige maintenant une compagnie de toits verts… Les travaux ont commencé avant que nous ayons pris connaissance des critères de la certification, mais nous rassemblons toutes les preuves, notamment sur le tri des déchets de chantier. »

- Nicole, 50 ans, Beaconsfield : une maison rénovée de fond en combles


Le projet. « J’ai été victime d’une intoxication aux poumons en raison des moisissures dans mon ancien logement. En achetant ce cottage des années 60, je me devais de supprimer tout ce qui pouvait nuire à ma santé. En plus, deux mois après mon arrivée, j’ai eu un dégât d’eau! Les travaux ont duré deux ans et demi. Nous avons refait le sous-sol avec une salle de bain, la cuisine, la salle d’eau et le hall, la deuxième salle de bains à l’étage, nous avons enlevé la moquette de l’escalier, acheté des toilettes à haute efficacité…

Nous avons effectué un test d’infiltrométrie et renforcé l’étanchéité et l’isolation. Je suis contente d’avoir pu conserver beaucoup des meubles présents dans la maison : les caissons de la cuisine en chêne, ceux des salles de bain, en mélamine mais suffisamment vieux pour que les polluants s’en soient échappés depuis longtemps, les bibliothèques du sous-sol… »

Pourquoi la certification d’Écohabitation? « Tout ça, je l’ai d’abord fait pour ma santé, mais ma maison respecte davantage l’environnement puisqu’elle consomme moins d’énergie! Il me semble que c’est ce qu’il faut dire aux gens : rénovez pour votre santé, et au passage vous respecterez davantage les ressources de la planète. La certification me permettra de valider tout ce que j’ai fait, et de prouver à de futurs acheteurs que la maison est saine et consomme peu d’énergie. »

Il est encore temps de participer à la phase pilote. Cliquez ici pour en savoir plus!

 

 

Pour participer au lancement de la certification :

LIEU Technopôle Angus, 2600, rue William-Tremblay, Salle conférence 1
QUAND : Le 19 mai, de 13h30 à 14h

 

Veuillez noter que l’événement aura lieu beau temps, mauvais temps, grâce aux chapiteaux et aux aires d’exposition intérieures!


 

Ce projet a été rendu possible grâce à la contribution du Fonds d’action québécois pour le développement durable (Fonds) et de son partenaire financier le gouvernement du Québec via son programme Action-Climat.

Habitation

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA

Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.

Commentaires les plus récents

Le réemploi des matériaux
Le réemploi des matériaux
Des panneaux de gypse qui...
Des panneaux de gypse qui...
Brille le soleil dans votre...
Mini téléréalité des eaux...
Les coûts réels des écoquartiers