1 octobre 2012
Sous licence Creative Commons. Auteur: http://www.flickr.com/photos/flowercat/

Est-il possible d'attirer les familles en pleine ville? Quelles sont les stratégies des villes qui réussissent à combiner densité, familles et convivialité?

Le sujet semble être à la mode récemment. Cette semaine, les Justiciers urbains, ce groupe de « super-héros » à la défense de leur bien-aimée Montréal, s’insurgeaient sur leur blog de la carte blanche donnée aux promoteurs immobiliers, qui leur permet de ne construire que des 3 et demi pour jeunes professionnels branchés sans enfants. Il y a deux semaines, c’est un article de Brent Toderian dans le Huffington Post,  sur l’histoire à succès de l’intégration des familles au centre-ville de Vancouver, qui a attiré mon attention.

Les Justiciers urbains ont-ils raison? Est-ce vraiment trop difficile pour une famille de trouver un logement adapté à ses besoins sur l’Île? Je dirais que oui, mais avec un bémol. Oui, les nouveaux condos sont généralement minuscules (ou hors de prix), et le style loft ultra-présent ne convient vraiment qu’aux jeunes professionnels sans famille.  

Cependant, il sera difficile de convaincre les promoteurs de construire de grands appartements et condos tant que le réflexe de 95% des couples avec enfants ou souhaitant en avoir sera de chercher le terrain parfait à Terrebonne, avec suffisamment d’espace pour une piscine. Quand je discute avec de jeunes couples, la réponse est toujours la même : « À Montréal, ça coûte trop cher! ». Pourtant, plusieurs organismes s’évertuent à nous vanter les mérites financiers de la vie en ville (voir cette intéressante étude comparative d’Équiterre). Quand on creuse un peu, on se rend compte assez rapidement que la vraie raison, ce n’est pas l’argent… mais bien l’envie de pouvoir se promener en voiture à sa guise, et d'avoir un espace bien à soi, à l'abri du regard des voisins.

Avant de changer la réglementation (à l’image d’Oslo, en Norvège, où il est obligatoire pour 50% des nouvelles habitations de comporter 3 chambres ou plus), il faudrait vendre le mode de vie urbain aux familles. Lorsque les gens seront enthousiastes à l’idée que leur tout-petit joue dans un parc avec plusieurs autres enfants plutôt que de jouer seul dans son propre carré de sable, ou à l’idée de se débarrasser d’une de leurs deux voitures, alors peut-être que nous pourrons attirer des familles avec des logements spacieux.

Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si Vancouver a plus de succès avec les familles. Dans la région métropolitaine la plus chère de tout le Canada, les gens ont fait leur deuil d’un grand terrain avec piscine. 

famille, Montréal, Urbanisme, ville

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA

Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.

Sur la vitrine Projets Verts

Commentaires les plus récents

Le réemploi des matériaux
Le réemploi des matériaux
Des panneaux de gypse qui...
Des panneaux de gypse qui...
Brille le soleil dans votre...
Mini téléréalité des eaux...
Les coûts réels des écoquartiers

Éco411

Le répertoire des professionnels de la construction verte au Québec

Espaces verts