26 novembre 2014
Future Earth des Nations Unies

Montréal deviendra bientôt l'un des cinq centres mondiaux du projet Future Earth, un programme international de recherche s’étalant sur 10 ans, issu de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable à Rio de Janeiro. 

La sélection de Montréal en tant que plaque tournante pour le secrétariat de Future Earth – de pair avec Paris, Tokyo, Stockholm, et Boulder au Colorado – a été annoncée en juillet 2014 par le Conseil international pour la science, l'un des groupes scientifiques majeurs impliqués dans l'ambitieuse initiative.

Future Earth se veut une plate-forme de recherche mondiale fournissant les connaissances et le soutien pour accélérer une transition vers un monde durable. L’approche privilégiée sera un dialogue collectif et une conception participative afin de trouver des réponses à des questions scientifiques, en rejoignant autant les citoyens que les décideurs. 

Future Earth coordonnera au niveau international de nouvelles approches interdisciplinaires de la recherche sur trois thèmes : planète dynamique (Dynamic Planet), développement durable mondial (Global Sustainable Development ) et transformations vers la durabilité (Transformations towards Sustainability). Ce projet servira également de plate-forme d'engagement international afin d’assurer que la recherche est effectuée en partenariat avec la société et les scientifiques. Future Earth est ouvert aux scientifiques de toutes les disciplines, appliquées et sociales, ainsi que l'ingénierie et le droit. 

Ce qui rend ce projet de recherche intéressant, c’est son approche ascendante (bottom-up), l’importance accordée à la pluridisciplinarité ainsi qu’à la recherche appliquée. De plus, ceci offre un vrai potentiel de collaboration entre chercheurs de différentes institutions. À l’échelle locale, la plateforme montréalaise est un consortium incluant sept établissements d'enseignement : Université Concordia, ÉTS, INRS, Université McGill,  École Polytechnique, Université de Montréal et UQAM. On laisse aussi présager qu’il y aura des opportunités pour des projets de recherche en industrie. 

Les projets doivent respecter certains critères pour adhérer au programme :

  • La recherche doit être orientée vers des solutions appliquées ;
  • Une collaboration interdisciplinaire doit être établie ;
  • Une structure doit être élaborée à des fins d’évaluation ;
  • L'engagement multisectoriel est privilégié ;
  • Un potentiel de développement futur. 

Le prochain événement sera un forum sur le projet et se tiendra le 10 décembre 2014 dans le cadre du symposium annuel du Centre de la science de la biodiversité au Québec. Pour plus d’information, consultez http://registration.qcbs.ca/fr.

 

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA

Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.

Sur la vitrine Projets Verts

Commentaires les plus récents

Le réemploi des matériaux
Le réemploi des matériaux
Des panneaux de gypse qui...
Des panneaux de gypse qui...
Brille le soleil dans votre...
Mini téléréalité des eaux...
Les coûts réels des écoquartiers

Éco411

Le répertoire des professionnels de la construction verte au Québec

Espaces verts