28 janvier 2015

Entreprises et gouvernement seront heureux d’apprendre qu’ils pourront évaluer leur impact environnemental avec plus de précision grâce à ce nouvel outil développé au Québec, pour le Québec.

En novembre dernier, le Centre international de référence sur le cycle de vie des produits, procédés et services (CIRAIG) lançait la première base de données québécoise d’inventaire du cycle de vie (BD-ICV) suite à trois ans de travail méticuleux. Celle-ci représente un inventaire exhaustif d’activités industrielles dans 12 secteurs prioritaires de l'économie du Québec, comme les produits du bois, les bioénergies et les métaux. La BD-ICV est intégrée dans la base de données suisse ecoinvent 3.1 qui est déjà couramment utilisée au niveau international afin de faciliter son utilisation.

Pourquoi est-ce utile?

À l’ère de la conscientisation environnementale, il est primordial de pouvoir quantifier l’impact de nos activités afin de passer à l’étape du changement concret.  Cet outil servira donc à faciliter la prise de décisions par rapport à l’origine des composantes et matières premières ainsi qu’aux processus de fabrication, mais aussi par rapport à la consommation de produits, leur utilisation et leur élimination en fin de vie utile.

Comme l’explique le directeur du CIRAIG Réjean Samson, entreprises industrielles et de services-conseils, institutions gouvernementales ainsi qu’organismes scientifiques pourraient utiliser cette base de données pour des évaluations d’empreinte de carbone, déclarations de GES, analyses comparatives, écoconception, marketing, déclarations environnementales de produit, achats responsables et politiques publiques.

En quoi est-ce si important, novateur et différent ?

Pouvoir quantifier l’empreinte de carbone de l’hydroélectricité québécoise influence grandement les résultats d’une analyse de cycle de vie, et ce pour le mieux. Le Ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC) a financé ce projet pour mettre de l’avant le faible impact environnemental de l’économie locale. Ceci permettrait de positionner les produits et services québécois en terrain compétitif par rapport aux marchés européens, et appuierait les entreprises locales de façon à créer une boucle de rétroaction positive. Plus nous serions en mesure de démontrer que les entreprises québécoises offrent de meilleures options pour les consommateurs, plus ceux-ci seront portés à opter pour « Made in Québec », plus les entreprises auront les moyens d’innover davantage.

La prochaine étape

Entreprises et gouvernement peuvent directement contribuer à la pérennisation de la BD-ICV québécoise en intégrant leurs propres données ou en partageant leur expertise en modélisation d’activités industrielles. Une formation et un encadrement par le CIRAIG peuvent être mis à disposition au besoin, et une plateforme d’échange intersectorielle est planifié. La participation des parties prenantes est essentielle, car la BD-ICV québécoise pourrait constituer un premier pas vers une base de donnée nord-américaine. 

Pour plus d’informations, consultez http://www.ciraig.org/fr/bd-icv.php

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA

Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.

Sur la vitrine Projets Verts

Commentaires les plus récents

Le réemploi des matériaux
Le réemploi des matériaux
Des panneaux de gypse qui...
Des panneaux de gypse qui...
Brille le soleil dans votre...
Mini téléréalité des eaux...
Les coûts réels des écoquartiers

Éco411

Espaces verts