Pas de réponses
Étienne Brochu
Portrait de Étienne Brochu
Hors ligne
A rejoint: 27/04/2011

Un article signé par Hélène Baril de La Presse expose les conclusions de documents déposés par Hydro-Québec à la Régie de l’énergie stipulant que les volumes d’économies d’électricité générés par le Plan global en efficacité énergétique de la société d’État pourraient faire augmenter les tarifs d’électricité québécois. Les raisons évoquées pour justifier les hausses sont la difficulté à revendre à profit tous les surplus d’électricité et le peu de coûts évités grâce à l’efficacité énergétique sur la période 2012-2022.

 

Faut-il donc comprendre que le seul moyen de financer les interventions en efficacité énergétique au Québec se ferait par l’entremise d’une augmentation des tarifs?

 

De là à conclure que l’efficacité énergétique est coûteuse, il y a un pas discutable. Un portrait de la situation actuelle de la production d’électricité au Québec permet de comprendre que le Plan global en efficacité énergétique n’est pas le seul facteur en cause dans l’augmentation les tarifs…

 

Selon le rapport annuel 2011 d’Hydro-Québec, les besoins québécois de puissance à la pointe ont atteint 37 717 MW en 2010, ce qui représente la plus haute demande en énergie depuis 2007. Est-ce que les installations actuelles d’Hydro-Québec peuvent répondre à cette demande?

 

La puissance installée totale effective au 31 décembre 2011 appartenant à Hydro-Québec se chiffre à 36 971 MW. La société publique dispose également de la production de la centrale de Churchills Falls (5  428 MW), de douze parcs éoliens (919 MW), de trois centrales hydro-électriques privées (23 MW) et de contrats à long terme avec d’autres fournisseurs (1 215 MW) pour une puissance accessible totale de 44 556 MW.

 

Hydro-Québec est donc en mesure de répondre aux besoins en électricité des Québécois avec ses diverses sources de production. Malgré tout, le projet de l’Eastmain-1-A-Sarcelle-Rupert, doté d’un budget de 5 milliards de dollars, ajoutera 918 MW de puissance pour une production supplémentaire annuelle de 8,7 TWh, en incluant les gains de productions des autres centrales touchées par le projet. Le  projet du complexe de la Romaine offrira, au coût de 6,5 milliards de dollars, une puissance totale de 1 550 MW pour une production annuelle de 8,0 TWh.

 

En comparaison, le Plan global en efficacité énergétique, en branle depuis 2003, a coûté 1 milliard de dollars pour des économies d’énergie cumulatives de 6,2 TWh.

 

En résumé, malgré un marché d’exportation de l’électricité peu favorable et un surplus de production, Hydro-Québec investit d’importantes sommes d’argent pour produire encore plus!

 

Comment interprétez-vous cette situation? Hydro-Québec a-t-elle fait le bon choix en augmentant sa capacité de production? Hydro-Québec a-t-elle raison de pointer du doigt le Plan global en efficacité énergétique pour justifier une augmentation des tarifs d’électricité des Québécois? Est-ce que ces révélations justifient de compromettre la promotion et le financement de l’efficacité énergétique?

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA

Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.

Sur la vitrine Projets Verts

Éco411

Le répertoire des professionnels de la construction verte au Québec

Espaces verts