Julie
Portrait de Julie
Hors ligne
A rejoint: 12/09/2011

J’ai vu que la notion de puits canadien est abordée dans les Wikis. C’est un procédé qui m’intéresse, mais j’ai entendu dire que son entretien est assez complexe. Est-ce que c’est vrai ? Sur d’autres forums, certaines personnes se plaignent de mauvaises odeurs en lien avec l’utilisation d’un puits canadien. Quel est le problème et quelles sont les mesures à mettre en place pour s’assurer qu’il n’y ait pas de problème sanitaire au niveau de la qualité de l’air?

Commentaires

Francis
Portrait de Francis

En réponse à Julie, le puits canadien, aussi appelé puits provençal, est un système de géothermie passive de surface. En tirant profit de l’inertie thermique du sol, il permet de préchauffer l’air en hiver et de le refroidir en été.

Le système consiste à faire circuler l’air frais entrant dans une maison ou un bâtiment par un tuyau enterré à une profondeur de 1,5 à 2 mètres. L’air sert de fluide caloporteur et le tuyau d’échangeur thermique. En effet, à cette profondeur, le sol est préservé du gel en hiver et demeure frais en été. En outre, le système requiert peu d’énergie puisqu’un ventilateur suffit à maintenir le flux d’air.

Des précautions à prendre

Cependant, certaines mesures doivent être prises pour gérer la condensation qui s’accumule dans les tuyaux et qui risque de causer de la moisissure et de mauvaises odeurs. De fait, la vapeur d’eau qui se trouve dans l’air qui circule dans la conduite se condense et se dépose sur les parois. Une eau stagnante favorise le développement de bactéries et diminue les performances du puits. En conséquence, il faut prévoir des conduits aux parois intérieures lisses et aménager une pente de 2 ou 3 % qui permettra l’accumulation et l’évacuation des condensats au point le plus bas. Si l’habitation est dotée d’un sous-sol, il est possible d’y installer un siphon qui permettra d’évacuer les condensats par le réseau des eaux usées. En outre, l’accès au siphon est facilité en cas de problème ou pour le nettoyage. Dans l’éventualité où l’habitation ne dispose pas de sous-sol, il faut choisir le point le plus bas sur le terrain et y aménager un regard de visite pour la récupération des condensats ou installer un système qui permettra leur infiltration dans le sol.

Pour davantage d’information, consultez :

http://puits-canadien.autoconstruction.info/
http://fr.ekopedia.org/Puits_canadien
http://puits-canadien.comprendrechoisir.com/

Francis Pronovost
Écobâtiment

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA

Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
Concours- Gagner un des trois paniers découverte de Oatbox

Sur la vitrine Projets Verts

Espaces verts