19 décembre 2018
La poudre de verre recyclée reconnue comme ajout cimentaire - Image : Tricentris

La poudre de verre recyclé est maintenant reconnue comme ajout cimentaire dans la nouvelle édition de la norme CSA-A3000, Compendium de matériaux cimentaires.

Pour Tricentris, cette reconnaissance de Groupe CSA marque l’aboutissement de près d’une décennie d’efforts déployés en faveur de la valorisation du verre au Québec. L’entreprise spécialisée dans le tri et le recyclage de matières résiduelles s’y active en effet depuis l’obtention, fin 2010, d’une licence de la Société de valorisation et de commercialisation de l’Université de Sherbrooke lui permettant de commercialiser un ajout cimentaire produit à partir de verre recyclé postconsommation issu de la collecte sélective.

Développée par le professeur Arezki Tagnit-Hamou, de la Faculté de génie de l’institution universitaire sherbrookoise et titulaire de la Chaire de recherche SAQ de valorisation du verre, cette poudre de verre est produite depuis 2013 à l’usine de micronisation de Tricentris à Lachute, la première du genre en Amérique du Nord.

Tricentris indique que la poudre de verre, qu’elle commercialise sous l’appellation Verrox, permet non seulement d’offrir une deuxième vie pour le verre du Québec, mais aussi d’améliorer les performances du béton en le rendant plus résistant et plus durable. Cet ajout cimentaire vient remplacer des parts de ciment dans les formulations de béton et peut être utilisé dans les trottoirs, les bordures, les pavés, le mobilier urbain et autres infrastructures intégrant du béton. 

Vers une utilisation accrue

Bien qu'elle ait déjà été utilisée dans plusieurs réalisations municipales et projets de démonstration, note Tricentris, l’introduction de la poudre de verre dans la norme CSA permet aujourd’hui de paver la voie vers son utilisation à très grande échelle. « Depuis 2013, les nombreux essais in situ réalisés avec le Verrox dans les ouvrages ont contribué, par les résultats obtenus, à soutenir la normalisation de la poudre de verre », indique le directeur de l’usine de micronisation du verre, Dominique Bégin.

Chaque tonne de poudre de verre est composée de quelque 2 000 bouteilles et contenants de verre. Et la valorisation de cette matière se poursuivra alors que Tricentris investira un million de dollars en 2019 pour l’achat de nouveaux équipements. L'usine de micronisation pourra alors doubler, voire tripler, la production de poudre verre.

Source : Tricentris

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA

Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.

Sur la vitrine Projets Verts