Verrox de Tricentris. Photo de VERROX
Dossier « Les lauréats Durabilys 2016 »

Consultez les autres articles

 


Avec le Verrox, Tricentris donne une deuxième vie au verre mixte issu de la collecte sélective. 

Par Rénald Fortier 

Détenant depuis 2010 une licence exclusive pour la commercialisation des technologies développées par la Chaire SAQ pour la valorisation du verre dans les matériaux de l’Université de Sherbrooke, Tricentris offre désormais un débouché commercial pour le verre mixte issu de la collecte sélective en le recyclant en un ajout cimentaire sans nul autre pareil. 

Expérimenté avec succès dès 2007 dans des sections de la dalle de plancher d’une succursale montréalaise de la SAQ, puis dans d’autres points de vente de la société d’État et à la Maison du développement durable, ce produit est aujourd’hui mis en marché sous l’appellation Verrox. 

Il est produit à l’usine de micronisation du verre de Tricentris, construite à Lachute en 2013, au moyen d’un procédé permettant de réduire le verre mixte en une poudre dont la finesse est similaire à celle du ciment. Une poudre qui doit satisfaire des critères de granulométrie et de qualité très stricts pour être utilisée comme ajout cimentaire. 

Outre la construction de dalles de plancher, le Verrox est aujourd’hui utilisé notamment dans la fabrication de mobilier urbain en béton et de pavés extérieurs et de trottoirs. Sans compter que plusieurs villes québécoises ont entrepris de le mettre à profit dans la construction de trottoirs et de bordures de rue. Comme Montréal, Laval, Québec et Sainte-Thérèse, pour citer ces exemples. 

L’équipe de la Chaire SAQ a procédé à l’évaluation in situ des performances de bétons intégrant la poudre de verre recyclé. Les suivis effectués démontrent que lorsqu’utilisé en remplacement de 20 à 30 % du ciment, le Verrox offre au béton des performances remarquables, notamment :

  • une réduction de 15 % des dosages d’adjuvants ;
  • un accroissement significatif de la résistance en compression à moyen terme ;
  • une diminution des apports en air et en eau atteignant jusqu’à 40 % ;
  • un gain d’ouvrabilité allant jusqu’à 20 % ;
  • et jusqu’à 4,5 fois de gain d’imperméabilité du béton aux ions chlore.

Aussi, la fabrication d’une tonne de ciment générant près d’une tonne de gaz à effet de serre, chaque tonne de ciment remplacée par du Verrox permet d’éviter d’autant la production de CO2

L’emploi du Verrox dans des travaux de béton peut également contribuer à l’obtention de crédits LEED sur le plan de l’utilisation de matériaux et ressources à contenu recyclé et de matériaux régionaux, ainsi que sur celui du contrôle des sources intérieures d’émissions chimiques et des polluants. 

Une analyse environnementale du cycle de vie sur le verre mixte récupéré conclut que sa transformation est hautement préférable à l’enfouissement, à la production d’agrégat, de laine ou de nouvelles bouteilles de verre. Son transport, sur une distance inférieure à 8 950 kilomètres, engendre peu d'impacts environnementaux. 

 

Verrox à Paris

La poudre de verre a continué de faire du chemin depuis le Gala Durabilys. À telle enseigne que Grégory Pratte, ambassadeur Verrox, été invité à présenter une conférence dans le cadre du congrès de l'IDRRIM, à la mi-juin, à Paris. Un congrès ayant pour thème Des infrastructures indispensables, innovantes et engagées pour la transition énergétique ; l'endroit tout indiqué pour permettre à un ajout cimentaire novateur de rayonner à l'étranger.

Observations du jury
  • Transformation d’un déchet en un produit vert : la poudre de verre
  • Implication de la Chaire SAQ pour la  valorisation du verre dans les matériaux de l’Université de Sherbrooke dans la R et D
  • Contribution à la lutte contre le réchauffement climatique

 

Sur la vitrine Projets Verts