8 juin 2019
Des installations durables pour le Grand Marché de Québec

Au terme de la transformation d’un bâtiment presque centenaire, le Grand Marché de Québec logera sous peu de nouvelles installations durables sur le site d’ExpoCité, dans le quartier Limoilou.

Pilotée par la Ville de Québec, cette réalisation de l’ordre de 26 millions de dollars est le fruit de l’intégration de nombreuses stratégies durables. À commencer par le recyclage d’un bâtiment d’une autre époque, le Pavillon du commerce, à l’intérieur de la structure duquel s’insère aujourd’hui le Grand Marché en y mettant en valeur le patrimoine bâti.

Le recours à la luminosité naturelle, au matériau bois, à la récupération de chaleur et à un système d’éclairage au DEL sont autant d’autres exemples de mesures écologiques et éconergétiques contribuant à la performance environnementale des nouvelles installations de 9 000 mètres carrés.

Le concept du Grand Marché fait la part belle à l’utilisation du matériau bois - Photo : Maxime Brouillet

Portant la signature de Bisson associés+Atelier Pierre Thibault, le concept reprend l’idée d’une ville ou d’un village avec plusieurs petits bâtiments qui se glissent sur la rue principale, les rues secondaires, les ruelles et la grande place. À l’intérieur, la grande halle est baignée de lumière naturelle grâce à de fenêtres s’ouvrant complètement sur la façade sud, sans compter que de grands puits de lumière sont aussi disposés stratégiquement à travers le toit de la structure.

Végétation et bois

Le concept fait également la part belle à la végétation, grâce à l’addition de jardins intérieurs et extérieurs, de même qu’au bois. Ce matériau y est notamment utilisé pour la composition de bâtiments d’un à deux étages aussi de gradins – finition de panneaux en lamellé-collé.

Le nouveau Grand Marché s’insère à l’intérieur de la structure de l’ancien Pavillon du commerce sur le site d’ExpoCité - Photo : Maxime Brouillet

Le Grand Marché, soulignons-le, intègre également la technologique Solucycle, un système de gestion des matières résiduelles qui permet d’acheminer les déchets organiques au centre de biométhanisation de l’agglomération de Québec.

Source : Bisson associés+Atelier Pierre Thibault

Sur la vitrine Projets Verts