7 mars 2017
Un bilan énergétique exemplaire pour la CS de la Pointe-de-l’Île

La Commission scolaire de la Pointe-de-l’Île (CSPÎ) a su jouer avec succès la carte de l’efficacité énergétique ces dernières années. Coup d’œil sur un bilan exemplaire.

Fenêtres éconergétiques, chaudières au gaz naturel, géothermie… Les solutions préconisées par la CSPÎ pour améliorer l’efficacité énergétique de ses installations, entre 2002 et 2015, ont à l’évidence porté fruit. En témoigne la réduction de la consommation en énergie par mètre carré de 32 % affichée par cette commission scolaire montréalaise au cours de cette période.

À titre comparatif, la CSPÎ indique qu’il lui en coûtait 13,55 dollars pour chauffer un mètre carré en 2014-2015, alors que la moyenne des quatre autres commissions scolaires de l’île de Montréal se situait à 14,83 dollars le mètre carré.

« Les économies d’énergie réalisées nous permettent de dégager des sommes qui sont réinjectées dans les services directs aux élèves », indique le président de la CSPÎ, Miville Boudreault. Il précise que la consommation énergétique totale de la Commission scolaire a chuté de 25 % en 13 ans, même si la superficie totale des établissements de l’organisme s’est accrue de 11 % durant ces années.

Mesures efficaces

Parmi les mesures d’efficacité énergétique mises de l’avant par la CSPÎ, et qui lui ont permis de dépasser dès 2009 la cible de réduction de 12 % fixée par le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, figurent notamment les suivantes :

  • remplacement de portes et fenêtres par d’autres plus éconergétiques ;
  • remplacement de chaudière au mazout par des équipements au gaz naturel ;
  • implantation d’unités de chauffage géothermiques dans certaines écoles ;
  • élimination progressive des tubes fluorescents et des ampoules au sodium au profit d’appareils d’éclairage à diodes électroluminescentes ;
  • installation graduelle de détecteurs de mouvement permettant une utilisation optimale de l’éclairage des locaux et des aires communes ;
  • et mise en place de capteurs solaires contribuant au chauffage de certains bâtiments.

La CSPÎ souligne qu’en 2002-2003, sa consommation unitaire normalisée était de 0,924 gigajoule par mètre carré (GJ/m²), comparativement à 0,632 GJ/m² en 2014-2015. Elle note que cette même année budgétaire, la moyenne provinciale s’établissait à 0,656 GJ/m² et celle des quatre autres commissions scolaires de Montréal à 0,773 GJ/m².

La CSPÎ compte 39 écoles primaires, sept écoles secondaires, quatre établissements spécialisés, 10 centres d’éducation aux adultes et un centre de services aux entreprises, en plus du Centre régional de formation à distance du Grand Montréal. Elle couvre les territoires de la ville de Montréal-Est ainsi que des arrondissements de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles, Saint-Léonard, Anjou et Montréal-Nord.

Source : CSPÎ

Sur la vitrine Projets Verts

Éco411

Le répertoire des professionnels de la construction verte au Québec

Espaces verts