Le mode d’emploi au chantier

Il faut savoir y faire pour mener à bien un projet LEED au chantier. Suivez le guide !

Avant le début des travaux, l’entrepreneur général chargé de mener à bien un projet LEED doit élaborer trois plans de travail :

  • prévention de la pollution pendant la construction (contrôle de l’érosion et des sédiments) ;
  • gestion des déchets ;
  • contrôle de la qualité de l’air intérieur.

Ces plans devront être affichés dans la roulotte de chantier pendant toute la durée des travaux. Les sous-traitants et tous les travailleurs devront en outre signer une lettre les engageant à respecter les clauses établies dans chacun de ces trois plans. 

Plan de prévention de la pollution pendant la construction (AÉSp1)

Ce préalable, qui fait partie de la catégorie Aménagement écologique des sites, est essentiel. Son non-respect peut entraîner le rejet du dossier de certification. Ce plan inclut deux volets :

  • Plan d’implantation des mesures de contrôle
    • Il décrit les mesures à mettre en œuvre pour prévenir l’érosion des sols, la contamination des cours d’eau (incluant les réseaux d’égout) et la dispersion des poussières.
    • Il peut comprendre le recouvrement des puisards d’une membrane géotextile, l’installation de clôture ou de géotextile pour limiter la perte de sédiments, le revêtement des dépôts de déblai/remblai au moyen d’une bâche afin de les contenir, l’épandage de gravier à l’entrée du chantier ou une aire de lavage pour les véhicules afin d’éviter la dispersion de sédiments et de poussières.
  • Calendrier de réalisation
    • Il précise la fréquence des inspections périodiques ainsi que la date de dépôt des rapports d’inspection qui spécifieront les correctifs apportés en cas de déficience.
    • Chaque inspection doit être documentée au moyen de photos datées. 

Le plan de gestion des déchets (MRc2)

Ce plan indique les pourcentages de déchets qui seront détournés des sites d’enfouissement (50, 75 ou 95 % pour une performance exemplaire) ainsi que les moyens mis en œuvre pour atteindre ces objectifs.

  • Il doit inclure :
    • les coordonnées complètes des entreprises de récupération (tri à la source). Que le tri soit fait à la source ou hors chantier, il est primordial d’obtenir les coordonnées et les preuves des filières où sont réutilisées ou recyclées les matières récupérées ;
    • la nature et les quantités (volume ou masse) de déchets récupérés (bordereaux d’expédition, bons de connaissement). 

Le plan de gestion de la qualité de l’air intérieur

Ce plan décrit les mesures à prendre pour assurer une qualité constante de l’air intérieur durant les travaux (à partir du moment où les murs de la construction sont fermés) au bénéfice de la santé des travailleurs et d’une meilleure qualité du bâtiment livré. 

Ce plan est élaboré conformément aux règles établies par la SMACNA (Sheet Metal and Air Conditioning Contractor’s National Association).

  • Protection des systèmes de CVC
    • Exemple : scellement des conduits
  • Contrôle à la source des polluants
    • Exemples : interdiction de fumer ; utilisation d’outillage électrique
  • Interruption du cheminement d’un contaminant (cloisonnement)
    • Exemples : cloisonnement des espaces de travail ; emploi de scies à eau ou de sableuses munies d’un système d’aspiration
  • Nettoyage
    • Exemples : nettoyage sommaire des lieux de travail après chaque quart de travail ; nettoyage de l’édifice par tous les corps de métiers une fois par semaine
  • Calendrier de réalisation
    • Exemples : établissement d’un calendrier de livraison pour les matériaux poreux ou absorbants (matériaux isolants, tuiles de plafond, etc.) afin d’éviter leur contamination ; établissement d’un calendrier de mise en œuvre pour les matériaux poreux ou absorbants (comme la pose de tapis et de tuiles de plafond après les travaux de peinture) 

Planification de la purge d’air (flush out)
Cette étape consiste à évacuer l’air vicié de l’immeuble, une fois les travaux complétés et avant la livraison du bâtiment. Après la fin de la construction et des finitions intérieures, il faut installer de nouveaux filtres et mettre en marche le système de ventilation pour assainir l’air intérieur. 

En remplacement de la purge, il est également possible de procéder à un test sur l’analyse de l’air intérieur en mesurant les concentrations de contaminants (COV, formaldéhyde, matières particulaires, phénylcyclohexane, monoxyde de carbone) afin de s’assurer qu’ils n’excèdent pas les seuils maximaux. 

Contrôle des COV 
Les sous-traitants doivent fournir les fiches techniques et signalétiques pour approbation avant l’installation de tout produit, dont les enduits, des peintures, des adhésifs et des produits d’étanchéité qui respectent les normes en vigueur.

  • Peinture et revêtement de finition : règlement no 1113
  • Adhésif et produit d’étanchéité : règlement no 1168
  • Peinture mate et non mate : Green Seal GS-11
  • Peinture anticorrosion : Green Seal GC-03

Sur la vitrine Projets Verts