Appliqué au bâtiment, l’effet de cheminée dépend de la variation de la pression de l’air entre le côté intérieur et le côté extérieur de l’enveloppe d’un bâtiment. Comme ce phénomène est fondé sur un principe physique voulant que l’air chaud monte alors que l’air froid reste au sol, plus le bâtiment est haut, plus l'effet est important. Comme l'enveloppe des bâtiments n'est généralement pas complètement étanche, l’air chaud qui s'échappe au haut des maisons est à l’origine d’une dépression au bas de celles-ci, et donc d’une infiltration d’air plus frais.

En saison chaude, l'effet de tirage permet la climatisation naturelle du bâtiment, alors qu’en hiver, avec l’aide d’un système contrôlé de récupération thermique, il peut servir de source de chauffage. Cela dit, ce phénomène peut également devenir un irritant dans un bâtiment. En effet, l’infiltration d’air qu'il crée est responsable de diverses problématiques telles que la corrosion, la condensation, la formation de glaçons sur les surfaces extérieures ou encore l'effritement de la brique. De plus, le courant d'air créé par l'effet de cheminée rend difficile le contrôle de la température et de l'humidité intérieure, ce qui peut induire un inconfort pour les occupants de même que la déperdition d'énergie, surtout en hiver. C'est pourquoi il est important de considérer ce phénomène dans la conception de nouveaux bâtiments.

Rechercher dans le wiki

Sur la vitrine Projets Verts

Éco411

Le répertoire des professionnels de la construction verte au Québec

Espaces verts