Francis Pilon en collaboration avec Marie-Noëlle Deblois
29 septembre 2015
Vertes, mobiles, abordables… Les minimaisons sur roues, popularisées aux États-U

Vertes, mobiles, abordables… Les minimaisons sur roues, popularisées aux États-Unis pendant la crise immobilière de 2008, ont la cote au Québec. Pour Gabriel Parent-Leblanc, fondateur d'Habitations MicroÉvolution, il s'agit d'un nouveau mode de vie qui est là pour rester.

C’est au printemps 2014 que ce biologiste de formation démarre son entreprise. À  cette époque, le concept des minimaisons est encore méconnu au Québec. Sa particularité ? L’adapter au climat d'ici.  « C'est primordial, car pratiquement toutes les micromaisons construites dans le monde sont issues du moule américain, où le mouvement a débuté. Nous, on a vraiment fait l’effort de faire quelque chose de différent, adapté au Québec », explique Gabriel Parent-Leblanc.

Accessible et écologique

C'est d'abord pour répondre au besoin d’accessibilité à des habitations de qualité qu’il s'est lancé dans l'aventure des minimaisons. Selon la Fédération des chambres immobilières du Québec, le prix moyen d’une maison unifamiliale dans la province s'élève à 270 283 $. Le montant d'une minimaison familiale, lui, varie entre 35 000 et 60 000 $. « La plupart de nos acheteurs souhaitent accéder à la propriété, mais ne veulent pas s'endetter pour les 25 prochaines années », observe le jeune entrepreneur.

Outre le prix, l'aspect écologique des minimaisons est aussi considéré par les acheteurs. « Plus c'est petit, moins on utilise de matériaux et moins on a de surface à chauffer. L'empreinte écologique est donc nettement plus faible. De plus, tous les matériaux utilisés dans nos constructions ont été choisis en rapport à leur impact environnemental », précise Gabriel Parent-Leblanc, qui a complété une maîtrise en gestion de l’environnement à l’Université de Sherbrooke.

D'ailleurs, les minimaisons d'Habitations MicroÉvolution utilisent le bois comme matériel principal. La charpente et le revêtement extérieur sont conçus en épinette, cèdre, pin et contre-plaqué certifiés FSC. Un chauffe-air solaire est intégré dans le mur sud des structures. Ainsi, pour maintenir la  température intérieure entre 17 et 25 °C en tout temps durant l'hiver, la facture de chauffage est estimée à 100 $ pour une superficie moyenne de 7,5 mètres carrés. L'utilisation du bois permet également à ces petites habitations de ne peser que 3 700 kg.

Pour l'instant, les minimaisons sur roues semblent principalement séduire les bébés-boumeurs et les jeunes, qui représentent plus de 60 % des acheteurs. Mais les choses pourraient changer rapidement. Gabriel Parent-Leblanc souligne le succès inattendu de la première édition du Festival des minimaisons, qui avait lieu à Lanthier en juillet 2014, preuve de l’émancipation du marché.

« C’est incroyable, on attendait 1 500 personnes. Il y a finalement eu plus de 7 000 visiteurs ! Les gens sont curieux et ils sont prêts à réduire leur superficie habitable pour pouvoir dépenser ailleurs, constate le spécialiste. C’est un peu ça notre slogan : payer moins pour vivre plus. »

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA

Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.

Sur la vitrine Projets Verts