Section du Québec du CBDCa
CHRONIQUE SUR LE BÂTIMENT DURABLE

Consulter toutes les chroniques du
Conseil du bâtiment durable du Canada - Québec


Il suffisait de faire quelques pas dans l’exposition ou de jeter un œil à la programmation des conférences : le thème de la santé était partout. Greenbuild, le sommet annuel du U.S. Green Building Council (USGBC), qui se tenait en novembre dernier à Boston, bouillonnait d’annonces entourant le bien-être des occupants. Des designers, des ingénieurs, des fabricants de produits, des chercheurs universitaires : un nombre impressionnant de professionnels s’étaient transformés en promoteurs de la santé publique à travers l’environnement bâti.

Il apparaît aujourd’hui évident que les derniers siècles ont fait de nous une espèce sédentaire qui passe la majeure partie de son temps à l’intérieur, et souvent assis, dans des bureaux ou des habitations. Ce mode de vie moderne ne serait pas sans conséquence : la société occidentale souffre d’une épidémie d’obésité, de diabète, de maladies respiratoires et de problèmes de santé mentale et autres maux liés au stress. Il existe une corrélation forte entre ces deux réalités, que la recherche scientifique documente de plus en plus, et une des clés pour améliorer la situation serait entre vos mains, les intervenants de l’aménagement, de l’immobilier, de la construction.

 Les humains que nous sommes ont avant tout besoin d’air, d’eau, de nourriture, de lumière et d’activité physique pour vivre et demeurer en santé. Mais les codes de la construction et les règlements d’aménagement de bâtiment se sont surtout concentrés jusqu’à maintenant sur la sécurité, les liens fonctionnels et la technique (comme l’efficacité énergétique), voire l’esthétisme.

À l’ère du standard WELL

À la lumière des nombreuses études dans le monde et en constatant les coûts de santé croissants, notamment à travers les assurances collectives, plusieurs organisations ont réuni des ressources significatives pour entreprendre des démarches volontaires pour s’attaquer au problème. C’est notamment le cas de l’International WELL Building Institute (IWBI) avec le standard WELL pour les bâtiments.

Une des idées derrière ce mouvement est qu’il faut utiliser une approche systématique si nous voulons être professionnels et s’assurer d’optimiser les retombées positives sur la santé. Recourir à une certification par une tierce partie et à un ensemble de critères vient avec un coût certain, mais le potentiel de rendement de l’investissement est monumental pour les employeurs, alors que la valeur économique des pertes de productivité au travail serait de l’ordre de 100 fois plus grande que les pertes en efficacité énergétique.

L’absentéisme, le présentéisme, les inconforts thermique et acoustique, la médicamentation contre le stress, les problèmes de sommeil ou les dépressions; autant de maux sur lesquels nous pouvons agir à travers des politiques de ressources humaines, mais aussi avec des aménagements intérieurs et extérieurs pour des milieux de vie plus sains.

La tendance s’accentue

Tout un mouvement se construit présentement, et il serait surprenant que la tendance s’inverse, alors que la santé et le bien-être devraient être placés en tête de liste des priorités des organisations envers leurs employés. C’est toute une pratique du design axé sur la santé qu’il faut développer, et les associations de designers d’intérieurs américaine et canadienne, ASID et IDC, s’y sont mises cet automne en concluant un partenariat avec IWBI pour promouvoir la certification WELL.

 Quelques exemples d’annonces faites à Greenbuild :

  • le USGBC a annoncé un partenariat avec le Cradle to Cradle Products Innovation Institute pour propulser la certification de produits C2C à l’échelle mondiale;
  • l’école de santé publique T.H. Chan de Harvard a diffusé de récents résultats d’une étude qui démontrent une augmentation des fonctions cognitives dans les aménagements de bâtiment durable;
  • UL, le géant de la sécurité et des certifications de produits, a lancé une certification Wellness  pour démontrer la conformité de produits au standard WELL;
  • le Centre for Active Design a lancé une version pour les projets multirésidentiels du système d’évaluation Fitwel axé sur la santé des occupants;
  • l’International WELL Building Institute (IWBI) a annoncé une refonte de son standard en 2018 pour tenir compte des leçons apprises des premiers projets et des récentes recherches scientifiques;
  • plusieurs fabricants ont lancé des fiches Declare (associé au Living Building Challenge) ou des Déclarations sanitaires de produits (Health Product Declarations), pour communiquer de façon plus transparente les impacts potentiels de leurs produits sur la santé humaine.

 


Hugo Lafrance

Par Hugo Lafrance, PA LEED BD+C & O+M, PA WELL
L’auteur est directeur de projets en développement durable, chez Lemay, et spécialiste des certifications en environnement et en santé pour les projets d’aménagement. Professionnel agréé LEED BD+C & O+M et PA WELL, il agit à titre de président du comité des communications pour le Conseil du bâtiment durable du Canada – Québec (CBDCa-Qc).

Ajouter un commentaire

  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA

Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
Concours- Gagner une formation Contech

Sur la vitrine Projets Verts