Par Rénald Fortier
26 mars 2018
La construction des infrastructures de l’écoquartier Angus, dans le centre-est d

La construction des infrastructures de l’écoquartier Angus, dans le centre-est de Montréal, démarrera dès ce printemps.

La mise en place de ces infrastructures nécessitera un investissement de près de 40 millions de dollars. Le gouvernement du Québec y contribuera par l’entremise d’une aide financière de 20,5 millions de dollars versée à la Ville de Montréal, le reste de la facture devant être défrayé par la Société du patrimoine Angus.

Le futur écoquartier prendra forme sur l’îlot central du Technopôle Angus. Piloté par la Société de développement Angus (SDA), le projet briguera une certification LEED v4 pour l’aménagement des quartiers, niveau Platine, rien de moins.

Évalué à quelque 250 millions de dollars, ce projet s’articulera autour de la mixité des fonctions et de la mixité sociale. Il se traduira par la construction d’environ 360 unités d’habitation – dont 80 % de logements sociaux et abordables –, de 45 000 mètres carrés d’espaces de bureaux, de 3 000 mètres carrés d’espaces dédiés à une vingtaine de commerces de proximité ainsi que d’une école primaire et de deux centres de la petite enfance.

C’est sans compter qu’il inclut aussi des aménagements tels qu’une grande rue piétonne bordée  d’arbres, d’une boisé de type « érablière urbaine », de places publiques, de couloirs écologiques et de 550 cases de stationnement en sous-sol – aucun nouvel espace de stationnement ne sera aménagé en surface.

Le démarrage de la construction des premières unités résidentielles est prévu pour septembre 2018, tout comme celle d’un premier édifice logeant des espaces de bureaux et commerciaux.

Infrastructures innovantes

Soulignons que l’écoquartier du Technopôle Angus sera pourvu d’infrastructures innovantes, dont :

  • des aménagements publics conçus pour stocker et filtrer 95 % des eaux de pluie sur le site, un design qui contribuera également à réduire de 40 % la consommation d’eau potable des équipements sanitaires dans les bâtiments;
  • et une boucle énergétique qui, appelée à desservir l’ensemble des bâtiments du futur écoquartier, permettra de récupérer et d’échanger l’énergie entre les utilisateurs qui seront en demande de chauffage et ceux en demande de refroidissement. Elle permettra de réduire de 40 % la consommation énergétique des bâtiments et de 26 % leurs émissions de gaz à effet de serre par rapport à un projet réalisé sans échange de chaleur.

Rappelons que le plan d’aménagement de l’écoquartier Angus est le fruit d’un processus de conception intégrée qui, à partir de l’été 2013, aura réuni autour d’une même table la SDA, Provencher_Roy (architecture et urbanisme), Pageau Morel (génie électromécanique), Pasquin St-Jean et associés (génie structural et civil), NIP Paysage (architecture de paysage) et Groupe TEQ (expertise en construction).

Sur la vitrine Projets Verts