26 mai 2019
L’inauguration du parc solaire réunissait notamment Pierre Cossette, recteur de l’UdeS; Vincent Aimez, professeur à l’UdeS; Steve Lussier, maire de Sherbrooke; Marie-Claude Bibeau, ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire; François Bonnardel, ministre des Transports; et Gaétan Lamontagne, directeur – Projets stratégiques et traverses chez Hydro-Québec - Photo : Université de Sherbrooke – Michel Caron

L’Université de Sherbrooke (UdeS) dispose désormais du plus grand parc solaire destiné à la recherche appliquée au Canada.

D’une puissance totale de près d’un mégawatt – soit approximativement 15 % de la pointe de consommation du Campus principal de l’UdeS – et grâce à son très haut niveau d’instrumentation, ce parc solaire constitue un lieu de référence canadien pour valider les futures technologies de production et de stockage associées aux énergies renouvelables, notamment en climat froid.

La composition du parc, qui vient tout juste d’être inauguré, se décline comme suit :

  • une centrale solaire thermique intelligente sur le toit de la centrale thermique au cœur du Campus principal, ainsi qu’une centrale avec stockage thermique expérimentale dans le Parc Innovation-ACELP;
  • des panneaux solaires sur le toit du Centre sportif Yvon-Lamarche et celui du Centre de mise à l’échelle;
  • 23 traqueurs solaires au Parc Innovation-ACELP;
  • deux traqueurs solaires dans les ronds-points du Parc Innovation-ACELP et du Campus principal.

Approche collaborative

Ce parc solaire permettra à l’UdeS d’expérimenter et d’étudier un large éventail de technologies les plus avant-gardistes en collaboration avec des entreprises comme Stace, Rackam et CANAM. Hydro-Sherbrooke s’est également jointe au projet dès son élaboration, alors qu’Hydro-Québec collabore par le partage de données tirées de ses projets solaires.

 « À partir d’un investissement initial des gouvernements supérieurs, l’UdeS a établi des partenariats qui en multiplient les retombées pour Sherbrooke et le Québec, indique le professeur Pierre Cossette, recteur de l’institution. Nous nous attendons à des investissements industriels supplémentaires, car plusieurs groupes québécois et internationaux s’intéressent déjà à ces installations uniques.

« Cette approche collaborative, poursuit-il, accélère le transfert des connaissances dans des solutions innovantes et pratiques aux grands enjeux planétaires de production d’énergie renouvelable et de lutte contre les gaz à effet de serre. »

L’aménagement du parc a nécessité un investissement de 5,9 millions de dollars, financé à 65 % par les gouvernements du Canada et du Québec. L’UdeS a assumé le reste de la facture. Le projet s’inscrit dans la Stratégie de gestion de l’énergie et des gaz à effet de serre de l’institution.

Source : Université de Sherbrooke

 

Sur la vitrine Projets Verts