Aller au contenu principal
x

Le carbone intrinsèque : l’impact caché des matériaux

21 décembre 2021
Par Hugo Lafrance*

Section du Québec du CBDCa CHRONIQUE DU CONSEIL DU BÂTIMENT
DURABLE DU CANADA - QUÉBEC

Consulter toutes les chroniques

Alors que la 26e Conférence des parties (COP26) à Glasgow s’est close sur une note mitigée, l’industrie du bâtiment doit se mobiliser pour accélérer ses efforts en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES).

Au Canada, l’exploitation des bâtiments est responsable de 17 % de ces émissions et la construction ainsi que les matériaux sont responsables de 11 % des émissions additionnelles. L’industrie doit réduire considérablement les émissions de carbone et s’orienter vers l’élimination des émissions d’ici 2050. Cette transition nécessaire ouvre de nouvelles voies vers la carboneutralité, laisse place à l’innovation et accroit les possibilités de croissance et de création d’emplois de qualité.

La Norme du bâtiment à carbone zéro – Design version 2 (BCZ-Design v2) du Conseil du bâtiment durable du Canada est le résultat d’une consultation auprès d’experts et diverses parties prenantes pour réduire les émissions de GES en appliquant les principes suivants :

  • prioriser les réductions des émissions de carbone;
  • assurer un design écoénergétique;
  • encourager une bonne citoyenneté de réseau électrique;
  • offrir des mesures incitatives à la réduction du carbone intrinsèque;
  • maintenir la norme simple et accessible.

Si l’industrie s’est familiarisée depuis trois décennies avec l’efficacité énergétique, qui résulte souvent en une réduction des émissions de gaz à effet de serre, la question de l’impact carbone des matériaux, appelé carbone intrinsèque, reste méconnue. Ainsi, la norme BCZ-Design s’applique à la totalité du bâtiment et comprend toutes les émissions, notamment les émissions de carbone intrinsèque.

La définition même d’un bâtiment carbone zéro dans la norme BCZ v2 inclut les émissions de gaz à effet de serre liés aux matériaux utilisés : « Un bâtiment à carbone zéro est un bâtiment très écoénergétique qui se procure de l’énergie renouvelable sans carbone ou des crédits de carbone de grande qualité dans une quantité suffisante pour compenser les émissions de carbone annuelles associées aux matériaux et à l’exploitation du bâtiment. »

Qu’est-ce que le carbone intrinsèque ?

La norme Bâtiment Carbone Zéro définit ainsi le carbone intrinsèque : « Les émissions de carbone associées aux matériaux et aux processus de construction pendant tout le cycle de vie d’un bâtiment. »

Les émissions de carbone intrinsèque découlent de la fabrication, du transport, de l’installation, de l’utilisation et de la fin de vie des matériaux du bâtiment. La Norme BCZ-Design met l’accent sur les émissions de carbone pendant tout le cycle de vie du bâtiment, y compris le carbone opérationnel provenant de l’exploitation du bâtiment.

Alors que l’efficacité énergétique des bâtiments s’est améliorée et que les émissions associées à l’exploitation des bâtiments ont diminué, le carbone intrinsèque associé aux matériaux de construction a augmenté. L’accent doit maintenant être mis sur la réduction du carbone associé aux matériaux sur leur cycle de vie. Ces émissions, que l’industrie appelle carbone initial, deviennent un facteur à considérer avant même qu’un bâtiment ne soit en exploitation.

Les éléments fondamentaux de la bonne conception demeurent donc inchangés : optimiser les quantités de matériaux en conception, réduire les impacts en construction et améliorer la performance en opération.

Réalisable et viable

Le rapport intitulé Arguments en faveur des bâtiments à carbone zéro publié par le CBDCa a confirmé que ces projets sont techniquement réalisables et financièrement viables. C’est un objectif ambitieux, mais néanmoins essentiel, car dans le contexte d’un budget carbone planétaire très limité, tous les efforts comptent et toutes les émissions comptent.

Équation d’un bilan carbone zéro :

Émissions nettes = Carbone intrinsèque + Carbone opération – Émissions évitées

 


*Hugo Lafrance, LEED Fellow, WELL Faculty, est associé stratégies durables chez Lemay, et membre du comité communications au CBDCa - Québec