Aller au contenu principal
x

COVID-19 I un retour à la normale ? Non merci !

29 avril 2020
Denis Leclerc, président d’Écotech Québec. Photo : Écotech Québec

Réflexions de Denis Leclerc, président, Écotech Québec La grappe des technologies propres, sur l’après-pandémie de la COVID-19.

Bravo à nos services publics, qui méritent toute notre gratitude et font présentement un excellent travail dans leurs efforts pour endiguer la pandémie de la COVID-19. Quant à eux, les gouvernements élaborent une panoplie de mesures dans l’espoir de préserver un grand nombre d’emplois et d’entreprises, dont celles en technologies propres. Plusieurs espèrent que ces incitatifs contribueront à ce que l’on retrouve dès que possible notre vie normale. Mais le retour à la normale ne devrait pas être… normal.

Bien sûr que la priorité, c’est d’abord de protéger la santé des Québécoises et des Québécois. Pour plusieurs, il semble prématuré de parler de relance quand nous n’avons pas encore atteint le pic de la crise sanitaire. Or, nous commençons à entendre un peu partout sur la planète des experts affirmer qu’il ne faut surtout pas retourner dans nos vieilles habitudes et qu’il est plutôt temps de soutenir davantage l’innovation dans nos façons de faire, dans notre façon d’être. 

Nous avons ainsi une occasion de créer un nouveau lendemain, un contexte qui permettra de redémarrer notre économie tout en luttant plus efficacement contre les changements climatiques, en réduisant notre empreinte environnementale et en protégeant nos ressources naturelles.

Le gouvernement du Québec devrait dévoiler bientôt un nouveau budget et son Plan pour une économie verte. Il est crucial qu’ils contribuent efficacement à la reprise et, du même coup, à renforcer la chaine d’innovation, de la recherche et développement jusqu’à l’implantation, dans tous nos secteurs industriels et manufacturiers.

Pendant que nous sommes « sur pause », il nous faut déployer des ressources « en accéléré » pour soutenir les entreprises en technologies propres afin qu’elles traversent cette crise et soient présentes lors de la relance. Leurs innovations vertes, même si elles ne règleront pas à elles seules la question climatique, représentent une composante essentielle de notre renouveau… pour ne pas subir un retour à la normale.