Le comportement des usagers est le grand impondérable dans la performance des bâtiments verts. Exemplaire, il permet de défier les projections les plus optimistes. Autrement, il peut miner les gains attendus.
Préservation des ressources, réduction des émissions de GES, confort des occupants… Construire un bâtiment vert s’accompagne de maints bénéfices, certes. Mais à quel prix ?
Trouver des produits et matériaux verts est une chose, s’assurer de leur véritable teneur écologique en est une autre. Comment s’y retrouver ?
Les municipalités québécoises ont tout intérêt à favoriser l’essor du bâtiment durable sur leur territoire, mais encore leur faut-il savoir comment.
L’analyse du cycle de vie s’impose de plus en plus comme l’outil par excellence pour identifier les meilleures solutions écologiques dans le domaine du bâtiment.
Le recours au soleil comme source d’énergie pour les bâtiments demeure encore marginal au Québec. Mais le ciel semble en voie de s’éclaircir pour cette filière, surtout du côté du solaire thermique.
Pratiquer le greenwashing, sciemment ou non, c’est risquer d’entacher sa réputation. Et aussi de discréditer le mouvement vert dans son marché.
La Ville de Montréal figure à l’avant-garde du développement durable avec sa politique de verdissement pour les édifices municipaux. Et elle entend bien entraîner les différents acteurs du milieu de l’immobilier dans son sillage.

Sur la vitrine Projets Verts