Aller au contenu principal
x

Catégorie: Matériaux et ressources

  • Définition Désigne une mesure de la capacité d’un matériau de surface à réfléchir la lumière du soleil – incluant les longueurs d’ondes visibles, infrarouges et ultraviolettes – sur une échelle de 0 à 1. La réflectance solaire de la peinture noire est de 0 ; celle de la peinture blanche (dioxyde de titane) est de 1.
  • Les poutres, colonnes et arches structurales de bois lamellé-collé sont constituées de lamelles de bois (2x3 à 2x12), rabotées, préjointées, et ensuite collées les unes aux autres à l’aide d’adhésifs hydrofuges. La finition qu’on lui confère peut varier du simple rabotage au sablage fin. Cette composition offre une stabilité structurale plus grande que celle du gros bois d’œuvre. De plus, le lamellé-collé permet d’exploiter des essences moins nobles de par la petite dimension des lamelles.
  • La cendre volante est un résidu de combustion qui se mélange aux particules fines et aux gaz formant la fumée. Dans un contexte industriel, la cendre volante vient principalement de la combustion du charbon.
  • Définition Il s’agit de l’utilisation des déchets de consommation comme matière première d’un autre produit. Les produits de base, qui deviennent déchets, doivent avoir déjà servi. Ils sont habituellement récupérés à partir des programmes de recyclage résidentiel (le bac vert) ou commercial (dans les bureaux). Certaines entreprises œuvrent dans la récupération des déchets de construction et de démolition afin d’offrir une autre source de matériaux recyclés après consommation.
  • Définition Il s’agit de l’utilisation des déchets d’un autre produit mais qui n’a pas servi comme produit de consommation. Le meilleur exemple est celui de la sciure de bois. Celle-ci n’a jamais été utilisée comme faisant partie d’un produit de consommation vendu, négocié ou échangé. Elle est pourtant un déchet de l’industrie. Si elle est ensuite utilisée pour produire des panneaux composites, elle est alors considérée comme un contenu recyclé avant consommation, ou post-industriel.
  • Plus connue sous le nom d’Environnemental Product Declaration (EPD), ce document est un formulaire standardisé décrivant les impacts environnementaux d’un produit selon les critères de l’analyse du cycle de vie et conformément au protocole ISO 14025. Cette démarche est issue de différentes obligations européennes, intégrée dans une norme internationale ISO.
  • Dépôt blanc de sels apparaissant sur la surface des matériaux de construction poreux. Surtout visible sur les ouvrages de maçonnerie, l’efflorescence est le résultat de la cristallisation des sels solubles présents dans l’eau absorbée par les matériaux lors d’une période d’humidification puis évaporée lors d’une période de séchage. Les sels peuvent être initialement présents dans les matériaux ou venir d’une source externe comme, par exemple, l’air salin, les remontées capillaires de l’eau sous terre ou le contact avec des sels de dégivrage.
  • Définition Produit qui, bien que présent en petites quantités dans les animaux et les plantes, est cancérigène. C’est un gaz incolore à odeur âcre. Il est utilisé dans plusieurs produits de l’industrie comme désinfectant et agent de conservation, dans le textile, les produits du papier et des plastiques. Dans l’industrie du bâtiment, on le trouve dans la fabrication des résines et des liants des produits du bois, de la peinture, des vernis, entre autres.
  • L’hypersensibilité chimique multiple est un syndrome caractérisé par la répétition de symptômes allergènes affectant de multiples organes. Cette condition survient suite à une exposition à diverses substances chimiques, dont les concentrations d’exposition sont souvent bien inférieures à celles connues pour entraîner des effets dans la population générale.
  • Traduction de Sound transmission class (STC) Procédure de classification selon la norme ASTM E413 exprimée par un chiffre unique permettant d’évaluer le niveau de transmission du son par voie aérienne à travers une cloison ou un plancher. Plus l’indice est élevé, meilleure est l’insonorisation. À titre d’exemple, le bruit d’une conversation entre deux individus sera clairement audible à l’arrière d’une cloison avec un ITS de 35 et sera inaudible à l’arrière d’une cloison avec un ITS de 55.
  • L’analyse du cycle de vie est définit comme une analyse visant à définir les atteintes environnementales d'un produit, d'un procédé ou d'un service tout au long du cycle de vie, depuis l'extraction des matières premières jusqu'à la fin de vie. La méthodologie applicable à l’analyse du cycle de vie est régie par les normes de la série ISO 14040.
  • Ce terme désigne un béton dont l’apparence a été modifiée par l’ajout d’une matrice dans le coffrage ou d’adjuvant dans sa composition. La mise en œuvre d’un tel matériau date de 1869 avec les premières réalisations de François Coignet qui brevète cette « pierre artificielle ». À l’époque, il utilise des coffrages en bois afin de réaliser des éléments d’habillage très décoratif sur un pont.
  • Le changement de phase d’un matériau se fait lorsqu’il passe d’un état physique à un autre. Par exemple, la fusion définit le passage d’un état solide à un état liquide ou encore la vaporisation indique le passage du liquide au gaz. Ce changement se produit lorsque le matériau atteint une certaine température. L’exemple le plus connu est l’eau qui passe d’un état solide à l’état liquide (fusion) à 0°C. Lors de ce changement de phase, le matériau emmagasine de l’énergie (sous forme de chaleur) à une température stable tant que le changement de phase n’est pas complété.
  • La liste rouge des matériaux contient une série de composants chimiques identifiés comme étant dangereux pour la santé humaine (ou celle d’autres organismes vivants) par des organisations gouvernementales telles que le US EPA ( United States Environmental Protection Agency ), la Commission européenne pour l’environnement et l’état de la Californie. Cette liste a été développée et continue d’être éditée par l’organisation non gouvernementale américaine International Living Future Institute (ILFI).
  • Définition Pour être considéré rapidement renouvelable (du moins dans le système d’évaluation LEED), le produit agricole provenant de fibres ou d’animaux doit avoir un cycle de renouvellement d’au plus 10 ans. Ce qui veut dire qu’il doit pousser et être récolté, ou encore être élevé de manière continue et durable à l’intérieur de cette échelle de temps. On peut donner comme exemple le maïs, la paille, le bambou.
  • Système structural en bois préfabriqué en usine. Développé en Europe dans les années 1990, ce matériau est communément appelé CLT ( cross-laminated timber ) ou panneau massif, et peut être utilisé pour la construction des murs porteurs, des planchers et des toits.
  • Le terme permaculture a été utilisé pour la première fois par les australiens Bill Mollison et David Holmgren, dans leur livre Permaculture One paru en 1978. Ils se sont inspirés des principes promus par le japonais Masanobu Fukuoka pour écrire ce dernier. En 1981, Bill Mollison s’est vu remettre le Prix Nobel alternatif pour son travail de réflexion et de promotion au sujet de la permacuture.
  • Le pont thermique est un point de jonction où la barrière isolante est rompue. Cette rupture permet donc à chaleur de migrer de l’intérieur vers l’extérieur par conduction thermique des parois. Lorsque la température extérieure est basse et que l’effet des ponts thermiques est accentué par l’écart de température entre l’extérieur et l’intérieur d’un bâtiment, ce peut devenir une source d’inconfort pour les occupants.
  • La résistance thermique caractérise la capacité d’un matériau à freiner le flux de chaleur qui le traverse. La résistance est établie selon l’épaisseur (e) et la conductivité thermique (l) du matériau. Le rapport entre ces deux facteurs (e/l) est exprimé par les valeurs RSI (m²· o C/W, système international métrique) ou R (hr·pi²· o F/Btu, système impérial). Les fabricants utilisent ces valeurs pour exprimer la valeur isolante d’un produit. Plus les valeurs RSI ou R sont grandes, plus le matériau offrira une résistance thermique élevée.
  • Le verre électrochromique est un verre dynamique, qui a la propriété de changer de couleur de manière réversible lorsqu’une charge électrique y est appliquée. Dans ce cas, on parle d’une teinte électronique, variable, qui permet notamment d’éviter les gains excessifs de chaleur interne.